OPÉRATION DE FEYMANIA D’ÉTAT ET ESCROQUERIE AUTOUR DE LA CAN 2019.

In SPORTS

Le 13 juillet 2016, la FECAFOOT demande à la Banque camerounaise des PME de délivrer une Attestation de Virement Irrevocable (AVI) à l’entreprise Prime Potomac de Bernard Modo Modo, alias Ben Modo. Il s’agit pour le neveu du vrai-faux opposant Celestin Bedzigui et cousin de François Marc Modzom (l’homme des « silences du président) de faciliter une levée des fonds afin de réaliser la construction des stades de Bamenda, Bafia, Sangmelima et Bangangté.

Trois semaines après, coup de tonnerre. Revirement. Dans une autre lettre datée cette fois-ci du 4 août 2016, la FECAFOOT adresse une correspondance au directeur général de la Banque camerounaise des PME avec pour objet : «demande à titre conservatoire d’un sursis à la délivrance d’un avis de virement irrévocable au profit de l’entreprise Prime Potomac Cameroun SA appartenant à un certain Ben Modo. Dans ladite correspondance, il est écrit : « Nous référant par ailleurs à vos observations par correspondances (…) nous demandons de surseoir à cette demande d’AVI jusqu’à nouvel ordre. Notamment jusqu’à la tenue d’une séance de travail tripartite entre FFECAFOOT, BCPME et PRIME POTOMAC ».


Cette suggestion résulte de l’accumulation d’un certain nombre d’éléments d’incertitude sur le plan juridiques et sur le plan économique (évolution des travaux objet du contrat). Sans AVI, incapable de lever le moindre franc auprès d’une banque ou d’un partenaire, Ben Modo ne parviendra à réaliser aucun de ces contrats. C’est le Secrétaire général de la FECAFOOT, Blaise Moussa qui aurait démasqué le pot aux roses et alerté sa hiérarchie qui va par la suite complètement résilier le contrat de PRIME POTOMAC. Le 4 juillet 2017, dans son communiqué final, dans sa 6ème résolution, « le comité exécutif de la FECAFOOT prend acte de la résiliation de plein droit des conventions de partenariat entre la FECAFOOT et la société PRIME POTOMAC relatives à la construction des stades dans les villes de Bamenda, Bafia, Sangmelima et Bangangté ».

En colère Ben Modo, demande dans un premier temps, une arrangement à l’amiable. La FECAFOOT refuse. C’est alors qu’il décide de poursuivre la FECAFOOT au pénal et réclame environ 300 millions de Fcfa après avoir perçu plus de 250 millions Fcfa sans avoir posé le moindre camion de sable sur un chantier. Mais, notre feyman « américain » de recule pas. Il poursuit les négociations en coulisses. C’est pourquoi il rencontre à nouveau le 9 août 2017, Blaise Moussa dans son bureau en compagnie de Etienne Tamo et Faustin Blaise Mbida, respectivement chef du protocole et directeur de cabinet de Tombi A roko Sidiki. Faustin Mbida est celui qui a introduit Ben Modo auprès de Tombi A Roko pour pouvoir obtenir les marchés de la FECAFOOT.

Coup de théâtre. Ayant été l’homme qui a été incapable de réaliser les 4 stades de la FECAFOOT, Ben Modo se voit confier le 8 août 2017 par son ami le secrétaire général de la présidence de la République (SGPR) les chantiers de la réhabilitation des stades d’entrainement du CENAJES, POUMPOUMRE, GENDARMERIE et SODECOTON, de l’hotel Bénoué et…la construction d’un hôtel 4 étoiles dans la ville de Garoua en vue de la CAN 2019. Coût de l’opération : 26 milliards de Fcfa. Au cours d’une conférence de presse 10 août 2017 à Yaoundé , il affirme avoir bénéficié du financement de EXIMBANK USA. Après investigations, nous apprendrons que, à la suite de différents politiques entre démocrates et républicains, ces derniers ont décidé de paralyser l’administration de Barack Obama. Depuis l’année dernière, EXIMBANK USA n’accordent plus de financement de plus de 10 millions de dollars soit 6.500 000 000 Fcfa. Le nouveau président Trump vient à peine de nommer de nouveaux responsables de l’institution qui ne sont pas encore entrés en fonction en attente de la confirmation par le Sénat.


EXIMBANK USA affirme avoir financé uniquement trois projets majeurs au Cameroun au cours de ces 10 dernières années. L’un pour le compte du rééquipement du matériel du Génie militaire avec une livraison totale de 150 engins pour 25 milliards, l’autre avec un projet d’adduction d’eau dans la région du sud ouest pour 63 milliards de fcfa. Et enfin avec la construction de 55 ponts pour 46 milliards. Il faut d’ailleurs rappeler que les fonds de tous ces projets ont été débloqués après plusieurs années de négociations.

Pour l’instant, une certitude, l’ »américain » Ben Modo n’aurait jamais obtenu un financement de EXIMBANK USA…… La manœuvre serait de laisser s’écouler les délais pour pouvoir mettre le contribuable camerounais dos au mur et réclamer des sorties d’argent dans l’urgence.

Par Boris Bertolt


Do you have a story for publication? Please email it to [email protected]

Mobile Sliding Menu