Près de 1000 milliards de FCFA de transférés chaque année via Mobile Money au Cameroun et au Gabon

In ECONOMIE

Les transactions financières à partir du téléphone mobile dans ces deux pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) avoisinent 1000 milliards de FCFA par an.

Paru ce 12 octobre 2017, l’hebdomadaire Baromètre communautaire note qu’au Congo Brazzaville, les transactions à travers la plateforme mobile money restent faibles. Malgré les 1800 points agréés mobile money sur l’ensemble du territoire, seules 2,5% de transactions se font par la banque mobile. C’est bien en deçà de ce que font les banques classiques. Ce chiffre illustre aussi le faible engouement des populations vers cette technologie moderne qui gagne du terrain dans les autres pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale.


870 milliards fcfa en deux ans Sur le terrain du mobile money, le Cameroun arrive parmi les pre-miers dans la sous-région. Selon les données de l’Agence de régulation des télécommunications (ART) rapportées par Cameroon Business today, la valeur des transactions effectuées entre 2014 et 2016 à travers le mobile money est passée de 200 milliards de F CFA à 870 milliards de F CFA.

Ce montant qui équivaut au cinquième du budget du Cameroun pour l’année 2017, est le résultat de 84 millions de transactions par SMS. Depuis 2011, année de l’introduction des services du mobile money au Cameroun, les Camerounais semblent s’être vite mis à la mode de la monnaie électronique.

Les 6000 points de paiement dans le pays permettent aux 5,4 millions d’abonnés mobile money de mener diverses opérations. En plus du transfert d’argent autrefois cerné par quelques entreprises, les usagers des services mobile money peuvent payer leurs factures d’électricité, d’eau ou de bouquets de chaînes TV juste en manipulant leurs téléphones.


A ces premiers services, et au regard de l’engouement, les opérateurs de téléphonie mobile ont intégré dans leur offre le paiement des frais de scolarité, les primes d’assurance, les frais de transport, le carburant et le règlement des courses dans certains supermarchés.

Avec 80% de taux de pénétration de la téléphonie mobile au Cameroun, les services rattachés au mobile money ont trouvé un marché propice pour leur développement.

Le taux de pénétration de la téléphonie mobile était de 160,48% au Gabon en mars 2017. Dans la zone CEMAC, ce pays se place en tête en termes de téléphonie mobile et d’accès à internet. A en croire l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, 2 892 993 cartes SIM étaient activés dans ce pays en mars 2017. Pour une population dont le nombre dépasserait légèrement 1,8 million de personnes, le marché gabonais constitue une cible propice pour les services du mobile money.C’est ainsi que Gabon Telecom, Airtel et Moov ont ces dernières années, multiplié l’offre en services via mobile money.


Selon la presse gabonaise, près de la moitié de la population adulte effectue des opérations financières avec leurs téléphones portables. Dans un article du 27 avril 2017, le site d’informations www. gabon economie.net indique qu’en s’associant avec certaines banques, Airtel et Moov ont réussi à «pallier l’absence d’établissements bancaires classiques dans les coins reculés du Gabon. Le mobile money représente des recettes évaluées à 40 milliards de FCFA, soit 480 milliards de F CFA par an».

source:cameroon-info.net

Do you have a story for publication? Please email it to [email protected]

Leave a reply:

Your email address will not be published.

Mobile Sliding Menu