Tuesday, August 20, 2019

10 millions volés dans le coffre-fort du Préfet de la Mezam

Le «chef de terre» de ce Département de la région du Nord-Ouest accuse ses collaborateurs, actuellement en détention provisoire à la prison centrale de Bamenda.

Le dossier fait grand bruit dans la ville de Bamenda. Symphorien Noukam, domestique à la préfecture de la Mezam, Nchouapine Aboubakar Sidiki, Françis Langmia, Pamela Nchifor Mbunu, des contractuels d’administration, collaborateurs du préfet de la Mezam ont été placés en garde-à-vue administrative à la prison centrale de Bamenda. Ce, Par décisions signées le 18 mai et le 20 mars 2019 par le n°1 du département de la Mezam. René Sonka reproche à ses collaborateurs d’avoir subtiliser la somme de 9.130.000 Fcfa. Des fonds de souveraineté minutieusement gardés dans un coffre-fort installé dans le bureau du «chef de terre».

D’après une source proche du dossier, le préfet de la Mezam saisira le 25 avril 2019, le colonel commandant du Groupement de gendarmerie de Bamenda, d’une plainte contre ses collaborateurs pour « vol des fonds publics« . Juste après que les présumés accusés aient saisi la présidente du Tribunal de Grande Instance de la Mezam par une demande de libération en Habeas Corpus. Les éléments d’accusation contenus dans la plainte font état de ce que, depuis le mois d’octobre 2018, le préfet a constaté que des deniers gardés dans le coffre-fort de son bureau et destinés à certaines commissions dont il a la charge, disparaissaient au jour le jour. Soupçonnant ses quatre collaborateurs, qui dit-il, « avaient accès à son bureau« .

La même source révèle « qu’aucun constat d’huissier ne fait état de l’effraction dudit coffre-fort« . Pourtant, d’après le préfet, René Sonka lui-même, Francis Langmia, son Secrétaire particulier, détient le double de la clé de son bureau et se serait ainsi introduit de temps en temps dans ledit bureau en son absence. Autre curiosité, le préfet n’a jamais informé le Procureur de la République près le Tribunal de Grande Instance de la Mezam, du vol dont il a été victime. Il a plutôt préféré d’user de son pouvoir pour placer ses collaborateurs en détention. Le Procureur n’est informé que lorsque la demande de libération en Habeas Corpus lui est transmise pour ses réquisitions.

Les quatre suspects ont été présentés devant le Procureur de la République près le Tribunal de Grande instance de la Mezam, le 7 mai 2019. Aux dernières nouvelles, Symphorien Noukam, Nchouapine Aboubakar Sidiki, Françis Langmia et Pamela Nchifor Mbunu ont effectivement été conduits devant un juge d’instruction du Tribunal de Grande Instance de la Mezam. Nchouapine Aboubakar Sidiki et Pamela Nchifor Mbunu comparaissent finalement libres. Symphorien Noukam et Francis Langmia ont été placés en détention provisoire. Tous pour «détournements de deniers publics».

Stay Connected

16,582FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
430FollowersFollow

Latest News

Djibril Bassolé

Burkina Faso: Mot de fin du général Bassolé – L’accusé convoqué à la barre

Dans le cadre du procès du putsch manqué, les avocats du général Djibril Bassolé ont conclu leurs plaidoiries le lundi 19 août 2019. Ils...
Kondengui

Cameroun: Des détenus torturés

Human Rights Watch (Washington, DC) communiqué de presse Nairobi — Les autorités camerounaises ont détenu plus d'une centaine de personnes au secret et torturé un grand nombre...

Insécurité: les gabonais entrent au Cameroun avec les armes

En dépit de nombreux postes de contrôles implantés à la frontière avec le Gabon par Eking, gendarmes et militaires gabonais réussissent l’exploit d’entrer en...