Monday, July 22, 2019

Cameroun: Littérature – Calixthe Beyala, prophète chez elle

Le ministre des Arts et de la Culture a célébré l’écrivaine le 25 avril dernier à Yaoundé tout en lui signifiant ses attentes pour la mise en place imminente de projets culturels.

Le 25 avril dernier à Yaoundé, Bidoung Mkpatt, ministre des Arts et de la Culture (Minac) a reçu l’écrivaine camerounaise de renommée internationale, Calixthe Beyala. Au cours de cette audience d’une vingtaine de minutes aux allures plutôt conviviales, le Minac a rendu hommage à la romancière pour l’ensemble de son œuvre et les différents lauriers glanés tout au long de sa carrière. Cette femme de lettres engagée est la lauréate du Grand prix littéraire de l’Afrique noire pour « Maman a un amant » en 1994.

Elle a également obtenu en 1996, le Grand prix du roman de l’Académie française pour « Les Honneurs perdus » et le Grand prix de l’Unicef pour « La Petite Fille du réverbère », en 1998. Calixthe Beyala a éga lement été rassurée du soutien de l’Etat pour son engagement en faveur de la défense de la patrie, ses combats auprès des minorités, la promotion de la francophonie et la lutte contre le sida. Au cours de cette rencontre, le Minac a sollicité la contribution de la lauréate du Grand prix du roman de l’Académie française sur les chantiers de la restruc turation et de la reconstruction du mouvement artistique et culturel camerounais qu’il entend mettre sur pied.

L’action de la femme de lettres est particulièrement attendue sur le volet littérature. Bidoung Mkpatt a émis le souhait d’en faire l’ambassadrice, notamment pour ce qui est de la réalisation du projet de construction de « la Cité de l’émergence ». Il s’agit d’un temple de la culture qui abritera bibliothèque, médiathèque, cinémathèque, archives, etc. En retour, Calixthe Beyala a exprimé sa satisfaction quant à la volonté du ministère des Arts et de la Culture de l’impliquer elle, enfant du pays, dans l’animation de la vie culturelle.

Surtout qu’en général, fait-elle remarquer, « on n’a presque jamais été prophète chez soi ». Au-delà de son émotion, elle a promis de donner tout ce qu’elle a pour participer au rehaussement de l’image du Cameroun, mais surtout pour accompagner sérieusement les jeunes écrivains. D’autant qu’elle a reconnu qu’« au Cameroun, il y a plein de talents. Il leur manque simplement des directeurs, c’està-dire des gens capables de les suivre au quotidien pour qu’ils fassent de bons romans.»

Lire l’article original sur Cameroon Tribune.

Stay Connected

16,545FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
408FollowersFollow

Latest News

Londres envisage des sanctions contre l’Iran après l’arraisonnement d’un pétrolier

Selon The Telegraph, le Royaume-Uni a prévu d'annoncer, dimanche, des sanctions visant l'Iran, après qu'un pétrolier britannique a été arraisonné dans le détroit d'Ormuz....

Limogeage de Seedorf: Ernest Obama fait des révélations sur Mouellé Kombi

Pour le journaliste Ernest Obama, directeur de la chaine, le silence des autorités en charge du football camerounais depuis le départ du duo hollandais...
Calixthe Beyala

Meeting du RDPC à Bafoussam : Calixthe Beyala rédige un poème pour saluer la...

Dans ce texte laudateur publié sur son compte Facebook officiel, elle loue le courage du souverain qui a daigné assister au meeting du Rassemblement...