Saturday, November 17, 2018

Cameroun – Présidentielle 2018: Quand la fête à “la force de l’expérience” finit en queue de… sardine

Le “paradis” du président décidément sortant-entrant (peut-on faire mieux quand on est élu à 71,28) par des citoyens dont au moins 7 d’entre eux sur 10 vous vouent au gémonies ?) est décidément un enfer, tellement il y règne une ambiance de…  faim du monde.

Illustration  en a été donnée mardi 6 novembre 2018, jour historiquement maudit pour le Cameroun, où l’on commémorait le 36ème anniversaire de l’accession à la magistrature suprême de « la force de l’expérience », en même temps que les militants du « eRrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr » célébrait la victoire du hold-up électoral sur la vérité des urnes. Eh bien ce n’est pas une affaire de film chinois où l’acteur tue toujours le chef bandit. C’est la réalité… Camerou…niaise!  D’un pays où l’obscurité l’emporte forcément sur la lumière. Il n’y a qu’à voir combien les coupures d’électricité intempestives l’emportent sur la permanence de l’électricité à somme nulle.

Retour à nos cabris. Le 6 novembre, c’était une double fête, Ce qui signifie qu’il devait y avoir doublement à manger. Pour une population de  militants du « eRrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr » qui n’a pas doublé, loin s’en faut. D’ailleurs, a contrario, elle s’est rétrécie, du fait de l’attrait du vent du changement qui a soufflé sur le pays, depuis au moins la dernière campagne électorale qui a vu des  lieux de meetings noirs de monde quand Cabral Libii, Joshua Osih et autres Maurice Kamto… donnaient meetings, mais se clairsemaient quand les agents du père de la “rigueur” et de la “moralisation” tenaient les leurs, même après avoir promis pains et sardines en vrac.

Mais qu’est-ce qui n’a pas marché alors, pour que les joyeux fêtards en arrivent à se casser littéralement la figure pour accéder à un tant soit peu petit bout de graille ?

Difficile à dire. Mais il semble qu’on n’a encore rien vu par ici. Ce n’est que le début pour ce début de septième mandat.  Au pays de la force de l’expérience, le syndrome de Stockholm  n’est pas un dérangement psychique qu’on essaie de réparer, mais un crime mortel puni de… faim par le bourreau.
En attendant la prochaine campagne électorale et la prochaine prestation de  serment pour ravitailler le bétail électoral de foin. Après, ils n’auront qu’à se débrouiller  en se crêpant le chignon. Qu’importe si la fête en l’honneur du Prince de Machiavel  pour la racaille finit en queue de poisson. Entre sardinards s’entend, Bonne fête au pays organisateur !

video’s

Stay Connected

16,129FansLike
19FollowersFollow
0FollowersFollow
354FollowersFollow

Latest News

Cameroun – Est: 16.113 nouveaux cas testés séropositifs au VIH-Sida avant la fin de...

Ce chiffre effrayant est donné par le logiciel d’analyse et de renseignement des informations actualisées et collectées au sein des différentes unités de prise...

ce sont des Camerounais qui salissent eux-mêmes l’image de leur pays – Ahmad Ahmad

En visite au Cameroun dans le cadre des préparatifs de la Coupe d’Afrique des nations de football (CAN) 2019, Ahmad Ahmad, le président de...

Cameroun: la Conac épingle les chefs d’établissements scolaires publics

La Commission nationale anti-corruption (Conac) s’est déployée dans la région du Centre, à l’effet de faire la lumière sur les dénonciations d’actes répréhensibles dont...

Défense: A quoi servent les bases françaises en Afrique ?

Le rôle de l'armée française en Afrique a été au coeur des débats sur la paix et la sécurité qu'a accueillie la capitale sénégalaise...

Réélection de Biya: Atangana Nji offre 40 véhicules aux autorités des régions

Le ministère de l’Administration Territoriale "sous haute instruction" du chef de l’état a rendu public le don offert par Paul Biya aux autorités administratives...