Eneo Cameroun réclame au gouvernement 20,3 milliards de francs CFA au titre de «manques à gagner tarifaire»

In ECONOMIE

Ce chiffre a été révélé vendredi 13 octobre 2017 par le ministre de l’Énergie et de l’Eau, Basile Atangana Kouna, au cours d’un  atelier regroupant les prêteurs du projet de construction du futur barrage de Nachtigal, d’une capacité de 420 MW.

En effet, pour le compte de l’année 2017, la société Eneo, concessionnaire du service public de l’électricité au Cameroun, attend du gouvernement le paiement d’une facture de 20,3 milliards de francs CFA au titre de «maque-à-gagner tarifaire».


«Chaque année, le concessionnaire fait le point des investissements qu’il a réalisés avec l’Agence de régulation du secteur de l’électricité (Arsel). Selon les termes du contrat entre le concessionnaire et l’Etat camerounais, ces investissements doivent chaque fois impacter le plan tarifaire», explique une source proche du dossier, qui précise que ces ajustements visent à garantir l’équilibre financier du secteur de l’électricité dans le pays.

Cependant, poursuit la même source, «le dernier plan tarifaire remonte à 2012. Cette enveloppe (de 20,3 milliards de francs CFA) représente donc l’ensemble des manques à gagner enregistrés par le concessionnaire depuis cette période-là». Ainsi que ceux découlant de la période 2008-2012, au cours de laquelle l’État camerounais avait gelé les tarifs de l’électricité et promis de prendre en charge les manques à gagner enregistrés par le concessionnaire.

Pour l’année 2018, a encore révélé le ministre Atangana Kouna, ce manque à gagner tarifaire est projeté à 1,328 milliard de francs CFA. Rappelons que’après plusieurs mois de tractations avec le gouvernement, l’électricien camerounais Eneo, contrôlé par le fonds d’investissement britannique Actis, vient d’obtenir une prorogation de 10 ans, pour son contrat de concession du service public de l’électricité dans le pays.


Actis affirme avoir doté l’ensemble du système électrique camerounais d’un apport de 130 MW. L’effort d’investissement d’Eneo Cameroon dans la production a  en effet permis de doter le pays de capacités nouvelles, soit 50 MW au gaz à Logbaba Douala, la réhabilitation des ouvrages qui a favorisé des gains de disponibilité de 15 MW à la Centrale d’Edéa, et +33 MW à la Centrale de Limbé, portée à 84 MW, pour ne citer que ces cas majeurs.

cameroon-info



Do you have a story for publication? Please email it to [email protected]

Mobile Sliding Menu