Wednesday, September 18, 2019

Le retrait de la CAN 2019 ou la commémoration du 29ème anniversaire de la mort d’Ahmadou Ahidjo

Le retrait de la CAN 2019 au Cameroun est survenu le jour de la commémoration du 29ème anniversaire de la mort d’Ahmadou Ahidjo. Celui-là qui avait permis au Cameroun d’organiser la toute 1ère CAN du Cameroun en 1972.

Savez-vous l’histoire de l’organisation de cette CAN ? Savez-vous que c’est pour éviter que le Cameroun soit la risée du monde qu’Ahmadou Ahidjo pris l’engagement d’organiser cette compétition qu’il n’avait pas demandé à organiser ?

En effet, au terme de la CAN 1970 organisée à Kharthoum au Soudan, M. Lucien Sollo, alors directeur de la jeunesse et des sports déposa en catimini la candidature du Cameroun pour la CAN 1972. Il présenta un dossier monté sur la base d’informations totalement fausses et fictives, faisant notamment état de l’existence d’infrastructures sportives exceptionnelles au Cameroun et pourtant, le Cameroun ne disposait d’aucune infrastructure sportive pouvant lui permettre d’aspirer à l’organisation d’un évènement comme la CAN. Plus grave, M. Lucien Sollo en déposant le dossier, n’a même pas fait part à l’avance de son initiative au ministre des sports et au chef de l’Etat.

La CAF fut tellement séduite par le dossier monté par M. Sollo qu’elle décida immédiatement d’accorder l’organisation de la CAN 1972 au Cameroun sans même opérer des visites pour vérifier l’état des infrastructures.

M. Sollo rentre au Cameroun et annonce la bonne nouvelle au ministre des sports qui se chargera d’informer le Président de la République, celui-ci piquera une colère noire. Le ministre des sports est limogé sur le champ. Mais devant le fait accompli, Ahidjo est soucieux de l’image de son pays à l’étranger et souhaite lui éviter de devenir la risée de toute l’Afrique. Il débloque des fonds spéciaux pour la construction des infrastructures de qualité à quelques mois du début de la compétition.

Deux stades aux normes internationales sont construits à Yaoundé (stade Ahmadou Ahidjo) et à Douala (Stade de la Réunification). Des hôtels sont construits et même si le Cameroun est éliminé en demi-finale, cette CAN fut un succès. Voilà comment Ahidjo, en quelques mois a manœuvré pour organiser une compétition internationale afin d’éviter que l’image du Cameroun soit salie dans le monde.

Pour l’organisation de la CAN 2019, le Cameroun était au courant depuis plus de 5 ans. Paul Biya avait pris les engagements en mondovision en affirmant que le Cameroun sera prêt le jour dit. Mais hélas, il vient d’échouer lamentablement et c’est lui le principal responsable de cet échec. Il n’a pas su faire le nécessaire pour préserver l’image de son pays dans le monde comme l’avait fait son prédécesseur. Lorsqu’en 36 ans, on n’est pas capable d’organiser une CAN de football alors que des pays comme le Mali, le Gabon, la Guinée équatoriale y sont arrivés , alors nul besoin de supputer sur l’échec du régime Biya.

En ce 30 novembre 2018, date d’anniversaire de la mort d’Ahmadou Ahidjo, le retrait de la CAN au Cameroun sonne comme la seconde mort d’Ahmadou Ahidjo. Ahidjo n’était pas un saint mais il était soucieux de l’image du Cameroun et de son rayonnement dans le monde. Ahidjo est certainement en train de se retourner dans sa tombe.

Stay Connected

16,651FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
440FollowersFollow

Latest News

Louis Paul Motaze

Les ministres révolutionnaires de Paul Biya : Louis Paul Motaze et les 20.000 voleurs

Le parcours de l’actuel ministre des Finances (Minfi) affiche ces dix dernières années des actions qui feront que la mémoire collective du Cameroun ne...
Gustavo Poyet

Qui est vraiment Gustavo Poyet, le probable sélectionneur des Lions ?

Selon les indiscretions, l’ancien entraîneur des Girondins de Bordeaux Gustavo Poyet aurait été préféré par les dirigeants du football camerounais pour la succession du...
Président de la République de Guinée

Guinée: Le risque de voir Alpha Condé s’accrocher au pouvoir

En Guinée, le gouvernement poursuit ses consultations afin de doter le pays d'une nouvelle Constitution. La question continue à diviser les Guinéens. Les discussions menées...