Tuesday, August 20, 2019

Le Soudan proteste contre le décret migratoire de Trump

Khartoum (AFP) – Le ministère soudanais des Affaires étrangères a convoqué jeudi le Chargé d’affaires américain à Khartoum pour protester contre le décret migratoire du président Donald Trump, qui range le Soudan parmi les pays dont les ressortissants sont temporairement interdits d’entrée aux Etats-Unis.

 

Le nouveau décret migratoire, signé lundi et qui entre en vigueur le 16 mars, interdit temporairement l’entrée aux Etats-Unis des réfugiés et des ressortissants de six pays à majorité musulmane (Iran, Libye, Syrie, Somalie, Soudan, Yémen) pour éviter l’infiltration de terroristes potentiels sur le territoire américain, selon l’administration américaine.

Le nouveau texte a été amendé et atténué par rapport à la version du 27 janvier, qui avait provoqué une onde de choc dans le monde. Mais le Soudan a été maintenu dans la nouvelle version du décret.

Le ministère a ainsi exprimé son « mécontentement » à Steven Koutsis, plus haut diplomate américain en poste à Khartoum, à propos du nouveau décret de M. Trump.

Le ministère l’avait déjà convoqué le 29 janvier pour protester contre le premier décret signé par M. Trump.

« Le Chargé d’affaires américain a été informé du mécontentement du Soudan par rapport aux décisions émises le 6 mars par l’administration américaine », a affirmé jeudi le ministère soudanais des Affaires étrangères, soulignant que « ce décret ne reflétait pas l’importante coopération du Soudan dans la lutte antiterroriste ».

« Les citoyens soudanais n’ont jamais été liés à aucun crime ou acte terroriste commis aux Etats-Unis », avait indiqué mardi ce même ministère, exprimant déjà son « mécontentement » et appelant Washington à revenir sur « cette décision sévère ».

Le ministère a affirmé jeudi avoir signifié au diplomate américain que le Soudan espérait être retiré de la liste américaine des Etats « soutenant le terrorisme ».

Peu avant la fin de son mandat, l’ex-président Barack Obama avait pris la décision « historique » de lever certaines sanctions économiques américaines imposées au Soudan.

Avant l’allègement de ces sanctions le 13 janvier, le Soudan se trouvait depuis 1997 sous embargo commercial des Etats-Unis qui l’accusaient de soutenir des groupes islamistes armés.

Le défunt fondateur et chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden, a été basé dans la capitale soudanaise entre 1992 et 1996.

Stay Connected

16,582FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
430FollowersFollow

Latest News

Djibril Bassolé

Burkina Faso: Mot de fin du général Bassolé – L’accusé convoqué à la barre

Dans le cadre du procès du putsch manqué, les avocats du général Djibril Bassolé ont conclu leurs plaidoiries le lundi 19 août 2019. Ils...
Kondengui

Cameroun: Des détenus torturés

Human Rights Watch (Washington, DC) communiqué de presse Nairobi — Les autorités camerounaises ont détenu plus d'une centaine de personnes au secret et torturé un grand nombre...

Insécurité: les gabonais entrent au Cameroun avec les armes

En dépit de nombreux postes de contrôles implantés à la frontière avec le Gabon par Eking, gendarmes et militaires gabonais réussissent l’exploit d’entrer en...