Saturday, August 24, 2019

Pouvoir sans fin = un piège sans fin

Il est trop facile, lorsque l’on est au pouvoir, avec les moyens qui en découlent, de se référer au peuple pour justifier un changement des règles du jeu, afin de se ménager la possibilité de perdurer. Car l’éternité, en enfer, est invivable à un point tel que ne peuvent deviner ceux qui monopolisent le paradis…

La question d’un potentiel troisième mandat pour Alpha Condé. Ce débat mobilise aujourd’hui l’opinion en Guinée et il s’est transporté, cette semaine, sur la scène continentale, avec les interviews, sur RFI, de l’ancien Premier ministre Sidya Touré et de Rachid Ndiaye, conseiller spécial du président Condé. Mais d’où vient cette impression de dialogue de sourds qui persiste, après avoir écouté l’opposant puis le représentant du pouvoir ?

En fait, c’est pire qu’un dialogue de sourds. Ce sont des monologues parallèles, dans lesquels chaque camp est tellement enfermé dans sa logique qu’il n’y a aucune chance de les voir un jour tomber d’accord. Il n’est point besoin d’être un oiseau de mauvais augure pour craindre le pire, dans ces conditions, pour la Guinée. Etaler, comme ils l’ont fait, leurs divergences devant tant d’auditeurs, c’est un peu comme transporter le linge sale de la Guinée sur la place publique continentale. Mais, pour ne pas le laver, hélas ! Et ici, en l’occurrence, il faut juste constater qu’il ne reste plus au peuple guinéen qu’à prier tous ses dieux, pour que ce débat malsain ne vienne embraser la prochaine présidentielle, et le pays avec.

Pourquoi serait-il malsain, en démocratie, de débattre d’un éventuel troisième mandat ?

Parce que tous savent que c’est une source de conflits aux conséquences incontrôlables. L’argumentation du peuple souverain, libre de décider s’il veut ou non une présidence à vie est un peu spécieuse. Car il est toujours facile, lorsque l’on est installé au pouvoir, avec les moyens qui en découlent et les attributs qui vont avec, de se référer au peuple pour justifier un changement des règles du jeu, afin de se ménager la possibilité de perdurer.

En privé, de plus en plus d’observateurs avisés de la vie politique continentale confessent craindre le retour à la mode des coups d’Etat dans notre Afrique francophone. Il est souvent de bon ton de feindre d’ignorer que les conditions déterminantes de nombreux putschs sont créées par les pouvoirs en place eux-mêmes. Dans une démocratie, lorsque les diverses sensibilités, la population, en viennent à manquer d’espace de respiration, les putschistes virtuels jubilent. Il est donc suicidaire, lorsque l’on est aux affaires, de manipuler les textes et la loi pour restreindre les libertés des adversaires. De tout temps, les coups d’Etat ont été perpétrés par des militaires qui estimaient devoir réparer quelques injustices. C’est d’ailleurs pourquoi, plus souvent que ne veulent se l’avouer les démocrates, les putschs sont accueillis comme un mal nécessaire, et les putschistes, parfois, comme des libérateurs. Bien sûr que certains, à leur tour, se muent en bourreaux. Mais un coup d’Etat ne tombe jamais par hasard sur un pays.

Mais un troisième mandat peut aussi bien être la règle…

Sauf que celui qui demande un troisième après deux, trouvera toujours des raisons pour justifier la demande d’un quatrième, après trois. C’est comme si, au football, le match était arbitré par une des deux équipes qui s’affrontent – ce qui est déjà une anomalie, et qu’à la 85e minute, cette équipe, juge et partie, décidait de faire jouer une mi-temps supplémentaire, sous prétexte qu’elle aurait besoin de cent vingt minutes pour réussir les prouesses dont elle n’a pas été capable en quatre-vingt dix minutes.

La construction d’une nation est, par définition, une œuvre sans fin. Prétendre vouloir achever un chantier perpétuel avant de quitter le pouvoir, c’est vouloir s’accrocher à perpétuité au pouvoir. Le bon président est celui qui peut dire à son successeur : « Voici ce que j’ai achevé ; voilà les chantiers à parachever ; et ceux à initier pour le futur ». Vous ajoutez votre part à l’édifice, et l’histoire jugera.

La limitation à deux du mandat présidentiel peut donc réellement éviter aux nations des crises graves ?

Absolument ! Même les oppositions les plus radicales se consolent à l’idée que, de gré ou de force, après le second mandat, ils en auront fini avec le sortant. Mais ruser pour changer les règles, c’est priver la population et l’opposition de cet espace de respiration qui, comme le disait l’ancien Premier ministre Sidya Touré, permet d’éviter qu’une seule personne ne confisque l’avenir de 12 millions de Guinéens. Le problème, avec ceux qui sont au pouvoir, est qu’ils s’imaginent rarement le sentiment de rejet qu’ils peuvent inspirer à leurs adversaires et, parfois, à la population. L’éternité, en enfer, est invivable à un point que ne devinent pas ceux qui monopolisent le paradis. Et lorsque l’on a eu la chance d’être reconduit une fois par son peuple, partir, au terme du second mandat, est à la fois un acte de courage et de dignité.

Stay Connected

16,591FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
434FollowersFollow

Latest News

interpoules-2019-8211-le-sud-soutient-olympique-de-biwong-bane

Interpoules 2019 – Le Sud soutient Olympique de Biwong-Bane

[Cameroon Tribune] L'équipe a été reçue mercredi dernier par le gouverneur Félix Nguele Nguele avant de mettre le cap sur Bertoua.
new-bell-8211-l8217espace-tsf-libere-des-occupants-illegaux

New Bell – L’espace « TSF » libéré des occupants illégaux

[Cameroon Tribune] Après de nombreuses mises en demeure, les occupants illégaux ont été sommés de déguerpir mercredi dernier.
suspension-du-general-semengue-par-la-fecafoot-le-bourreau-a-fini-par-avaler-sa-proie

Suspension du général SEMENGUE par la FECAFOOT: Le « Bourreau » a fini par avaler sa...

On voyait venir. Le bicéphalisme, la dualité aux cîmes du football camerounais n’avait que trop duré. À force de bercer, rappeler à l’ordre, établir, bâtir des ponts de consensus, faire la paix des braves avec un enfant trop affranchi, rebelle, épanoui et même récalcitrant, on fini par perdre son sang froid. Et châtier l’irréductible Indiscipliné…