Thursday, May 23, 2019

Présidentielle 2018 : les Etats-Unis mettent en doute la légitimité du président Paul Biya

Le département d’Etat américain soutient que l’élection du 7 octobre dernier a été entachée « d’irrégularités », notamment, de « bourrage des urnes ».
Le pays de Donald Trump précise sa position face à la présidentielle camerounaise du 7 octobre 2018, laquelle a reconduit Paul Biya à la tête du pays après 35 ans de gouvernance. Les Etats-Unis se sont rangés mercredi derrière les partis politiques de l’opposition qui avaient toujours dénoncés des irrégularités à ladite élection.

Le regard des Etats-Unis sur le déroulement du scrutin du 7 octobre est dévoilé dans le rapport du département d’Etat sur le Cameroun rendu public mercredi, 13 mars. Après de nombreuses allusions sur la longévité de Paul Biya au Pouvoir, les Etats-Unis y évoquent l’« intimidation des électeurs et des représentants des candidats sur les lieux de vote », l’« affichage tardif des lieux de vote et des listes électorales », le « bourrage des urnes », des « électeurs inscrits plusieurs fois » et possible « une manipulation des résultats de vote ».

-Une victoire et pas de félicitations-

La sortie des Etats-Unis remet à l’ordre du jour le comportement des autorités américaines au lendemain de la victoire du président Paul Biya. Elles n’avaient pas adressé de félicitations au chef de l’Etat à l’inverse de la France. Elles avaient choisi de porter leurs félicitations à l’endroit du peuple camerounais pour leur calme tout au long du processus électoral.

La classe politique camerounaise avait contesté le processus électoral au lendemain du 7 octobre. Elle a porté ses objections devant le Conseil constitutionnel, l’organe responsable de vérifier la régularité des élections et dont la décision n’est pas suceptible de recours. Maurice Kamto, Cabral Libii, Joshua Osih… ont demandé l’annulation totale ou partielle du scrutin, entre autres. Le Conseil constitutionnel a jugé « irrecevable » la majorité des recours dont il a été saisi.

-Un coup de froid-

Les relations entre le Cameroun et les Etats-Unis ne sont pas au beau fixe ces dernières semaines. Le gouvernement américain a réduit son aide militaire au Cameroun pendant que son sous-secrétaire d’Etat chargé des Affaires africaines, Tibor Nagy, multiplie des sorties fracassantes sur l’objet de sa visite au Cameroun. Une attitude qui n’est pas du goût des autorités camerounaises, d’autant plus que le diplomate a porté cela à l’attention de tous.
Tibor Nagy a fait savoir qu’il venait discuter de l’arrestation de Maurice Kamto et ses partisans ainsi que de la crise anglophone. Il est question pour lui d’appeler les autorités à faire preuve de « sérieux dans la résolution de la crise ». Quelques mois plus tôt, le diplomate américain jugeait « insuffisant » l’arrêt des poursuites contre des activistes anglophones.

source:JDC

Stay Connected

16,370FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
394FollowersFollow

Latest News

Fabrice Ondoa se lance dans la formation des talents

Le gardien international camerounais, vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) 2017 au Gabon vient de lancer son propre Centre de formation. Né...
Ibrahim Talba Malla

Cameroon: 334 firms excluded from public order submission

Cameroon’s Minister of Public Procurement (Minmap), Ibrahim Talba Malla, on Tuesday published a list of 334 companies and providers banned from bidding on the...

Why people have makeup s*x after an argument and why it’s so hot

The only thing that gets some couples more heated than a tense, emotionally loaded argument? The makeup sex that comes after. While your personal post-fight...
René Sadi

Government disclaims allegations soldiers allegedly killed 4-month old baby in Muyuka

The Minister of communication Rene Emmanuel Sadi has refuted allegations the Cameroonian army is behind the killing of a four-month old baby Monday in...

10 millions volés dans le coffre-fort du Préfet de la Mezam

Le «chef de terre» de ce Département de la région du Nord-Ouest accuse ses collaborateurs, actuellement en détention provisoire à la prison centrale de...