Wednesday, August 21, 2019

Qui est Clarence Seedorf, le nouveau sélectionneur Lions Indomptables ?

Après plusieurs mois d’attente, les autorités camerounaises en charge du football ont enfin choisi un sélectionneur pour l’équipe nationale.
Le nouveau patron de la tanière est un personnage très connu du monde footballistique. Il s’agit de Clarence Seedorf, surnommé « Il Professore ».
Il est considéré par plusieurs analystes comme une légende du football néerlandais. Allons donc à la découverte de celui qui aura la charge de préparer la sélection à la prochaine CAN 2019.

Parcours de Clarence Seedorf

Clarence Seedorf est une référence dans le monde du ballon rond. Joueur emblématique du Milan AC, « il professore » comme le surnomment les Rossoneri, dispose d’un incroyable palmarès. Retour sur l’incroyable carrière de Clarence Seedorf, la légende du football néerlandais.

Il aura marqué l’histoire du football des années 90 et 2000. Un milieu d’exception, maître du jeu. Clarence Seedorf, 41 ans, a eu une carrière immense. « Des émotions, des souvenirs, heureux pour la plupart. Mais surtout de grands moments de spectacle… Du spectacle et du grand football, des soirées inoubliables. Je pense que c’est un peu tout ça : de l’expérience, des émotions et cette chose si particulière que la Champions League apporte quand on est sur le terrain, » se remémorait l’ancien Ajacide lors d’une récente interview.

Des débuts à l’Ajax

Clarence Seedorf naît le 1 er avril 1976 à Paramaribo, capitale du Suriname en Amérique du Sud (ancienne colonie néerlandaise). Arrivé à l’âge de 2 ans aux Pays-Bas, Clarence Seedorf, tout comme jadis son père, est attiré par le ballon rond. À l’âge de 6 ans, il intègre l’AS 80, un petit club situé à Almère, au nord-est d’Amsterdam. Son père décèle très tôt chez lui un potentiel et l’inscrit au « Talent Day ». Cette prestation lui permet d’intégrer la section jeunes de l’Ajax.

Un potentiel qui s’amplifie d’années en années puisque le jeune Seedorf, après avoir franchit tous les paliers avec le club, signe son premier contrat professionnel avec les Lanciers en 1992. Louis Van Gaal, entraîneur du club à cette époque, décide de faire jouer Seedorf, âgé d’a peine 16 ans lors d’un match de coupe de l’UEFA contre l’équipe de Kaiserslautern. Le n°16 de ne le savait pas encore, mais il allait grandement contribuer à faire rentrer un peu plus dans la légende le club néerlandais.

Un premier titre avec les Lanciers

« Quand tu as de l’ambition, tu ne te lasses pas de gagner », expliquait Seedorf. Une soif de réussite incontestée partagée avec Patrick Kluivert, puis part la suite avec Edgar Davids. Avec 12 matchs au compteur et 1 but pour sa 1ère saison, Seedorf remporte le prix du « meilleur espoir de l’année » en 1993. Titre qu’il conserve en 1994.

1995 est une grande année pour le club et Seedorf. L’Ajax remporte non seulement le titre national mais surtout la sacro-sainte Ligue des Champions. « Tout le monde rêve de gagner une finale de Coupe d’Europe, et j’ai eu la chance d’y parvenir à 19 ans à peine ».

1995 est aussi l’année du changement pour le milieu néerlandais. Du haut de ses 19 ans, le jeune footballeur qui dispose d’un bagage impressionnant, décide qu’il est temps de quitter le navire. Après 90 matchs et 11 buts marqués sous les couleurs de l’Ajax, Clarence Seedorf rejoint la Sampdoria de Gênes.

Passage éclair à Gênes

La saison 1995-1996 s’annonce sous les meilleurs auspices. Un nouveau club, de nouvelles ambitions sans frein et toujours, cette facilité et cette clarté dans le jeu.

33 matchs disputés sans affronts, accompagnés de buts. Et pourtant, cette année n’aura été qu’une passade pour Seedorf, toujours en quête de trophées. La grande Sampdoria n’aura servi que de tremplin pour accéder au graal, le Real Madrid.

La confirmation avec le Real Madrid

Clarence Seedorf a 20 ans quand il intègre le Real. Toujours aussi explosif, le milieu Oranje est présent à 38 reprises avec les Merengues et marque 6 buts (1996-1997). La formation madrilène orchestrée par Fabio Capello possède de nombreuses stars : Roberto Carlos et Davor Šuker pour ne citer qu’eux.

En un an, Seedorf et son club s’offrent le championnat et ainsi que la Supercoupe d’Espagne. Mais une obsession règne dans l’esprit du footballeur et du club, la Ligue des Champions. Nous sommes en 1997 et à cette époque, le club aux 6 trophées européens, est dans une période de disette. En effet, la dernière victoire en C1 remonte à 1966 contre le Partizan Belgrade.

Capello parti, Jupp Heynckes lui succède. Le champion du monde 1974 et buteur d’exception en Bundesliga (220 buts en 385 matchs), semble être l’homme de la situation. Et c’est chose faite! Le 20 mai 1998, le Real Madrid bat la Juventus 1 à 0 (but de Mijatovi? à la 66’) dans une Amsterdam Arena pleine à craquer. Le club brise enfin la malédiction et Clarence Seedorf s’offre un deuxième trophée européen à domicile!

« C’était devenu une véritable obsession pour le club. Chaque fois que nous mangions ensemble, tout le monde ne parlait que de la finale.» Fort de ses 20 buts en 159 sélections, Seedorf décide qu’il est temps de faire ses adieux à la Casa Blanca. En décembre 1999, il rejoint l’Inter Milan.

Retour en Italie

Si l’on doit citer une faille dans le parcours quasi sans faute de Clarence Seedorf, c’est celle du choix des Nerrazzurri. Et encore, ce n’est pas tellement une erreur car même si le club subit quelques revers causés par une succession de saisons blanches, l’Inter parvient à sortir peu à peu de cette crise.

Figure de proue de cette renaissance (tout comme Andrea Pirlo, Robbie Keane ou Laurent Blanc), le meneur de jeu néerlandais est toujours aussi déterminé. Celui qui rêvait de battre le record de Frank Rijkaard va voir bientôt son rêve exaucé.

Après 2 saisons passées sous les couleurs bleues et noires, 93 sélections et 13 buts, Clarence Seedorf passe chez l’ennemi. Il s’engage avec le Milan AC.

La consécration avec le Milan AC

Pendant 10 ans (2002-2012), il fait le bonheur des supporters et de ses coéquipiers. Sous l’ère Ancelotti, il marque la première année 4 buts en 29 matchs et 1 but en 16 rencontres de C1. Clarence Seedorf retrouve son comparse de l’Inter Andrea Pirlo.

Les Meravigliosi s’emparent de la Ligue des Champions pour la 6 ème fois de leur histoire contre une Juventus malheureuse (2003). Et même si Seedorf a manqué le coche lors des tirs au but, il est pour beaucoup impliqué dans cette campagne pour le titre.

S’en suit une flopée de récompenses. Le 23 mai 2007, les Rossoneri remportent une septième Ligue des Champions lors d’une finale d’anthologie face aux Reds de Liverpool. Clarence Seedorf fait partie du top 5 des meilleurs passeurs de la compétition.

Il entre dans l’histoire en devenant cette année-là, le seul joueur à avoir remporté 4 titres de C1 avec 3 clubs différents. Nommé au Ballon d’or 2007, le joueur polyvalent quitte le club milanais en 2012. Il aura marqué 62 buts en 432 matchs toutes compétitions confondues.

Après un dernier tour de piste au sein du club de Botafogo au Brésil, « Il professore » tire sa révérence le 14 janvier 2014.

camerounweb.com/labeautedufootball.fr

Stay Connected

16,581FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
430FollowersFollow

Latest News

nominations-8211-ahmadou-sadaouna-nouveau-dg-de-la-sic-ketcha-courtes-pca

Nominations – Ahmadou Sadaouna nouveau DG de la SIC, Ketcha Courtès Pca

[Camer.be] Le conseil d'administration extraordinaire de la Société immobilière du Cameroun (Sic) qui vient de se tenir tout à l'heure à Yaoundé la capitale politique camerounaise, vient de débarquer Gabriel Bengono comme directeur général ( Dg) de la Sic. Ce dernier, est remplacé par le Dr. Ahmadou Sardaouna, secrétaire général du ministère de l'Urbanisme, de…
jeux-africains-judo-8211-l8217abondante-moisson

Jeux africains-Judo – L’abondante moisson

[Cameroon Tribune] A Rabat, le Cameroun a glané quatre médailles dont une en or, autant en argent et deux en bronze.
climat-sociopolitique-maurice-kamto-se-prononce-sur-la-lourde-peine-infligee-par-le-tribunal-militaire-a-ayuk-tabe-et-cie

Climat sociopolitique : Maurice Kamto se prononce sur la lourde peine infligée par le...

Ayuk Tabe, leader des séparatistes, et neuf de ses partisans ont été condamnés, hier mardi 20 août, à la prison à vie par un tribunal militaire de Yaoundé. Accusés entre autres de « révolution » « terrorisme », « sécession », Julius Sisiku Ayuk Tabe, Nfor Ngala Nfor, Tassang Wilfried Fombang, Henry Kimeng, Cornelius Njikimbi…