Tuesday, July 23, 2019

Sérail: Paul Atanga Nji a eu chaud à Bangou

La cérémonie de présentation au public du nouveau chef Tchihou Tayo Arnaud reconnu par le testament du défunt chef et en fin d’initiation a loupé le 13 avril dernier. Un autre clan présente un chef le nommé Ngambou Kemayou Maurice qui revendique d’être fils de l’ancien chef parti du Cameroun voici plus de 40 ans. Tayo II Marcel a régné pendant 39 ans avant de décéder en 2018. C’est son fils qui s’apprêtait à lui succéder. Mais l’aile Nana Sinkam s’oppose. Les deux dossiers sont sur la table du ministre Atanga Nji qui doit trancher. Sur place à Bangou la tension est vive les populations ont soif d’un chef.

Le samedi 13 avril 2019. Le peuple Bangou est réuni à la place des fêtes de la chefferie supérieure pour accueillir son 15ème chef supérieur. Sa Majesté Tchihou Tayo Arnaud, 31 devait être présenté officiellement à son peuple. Il a été désigné le 28 janvier 2019 pendant les obsèques de son père Marcel Tayo II qui a passé 39 ans au trône. L’événement du 13 avril est troublé par un acte inattendu. Le peuple Bangou est surpris d’apprendre qu’il y a un autre chef supérieur bangou, appartenant à l’aile soutenue par un dignitaire Bangou Nana Sinkam. Maurice Ngambou Kemayou est âgé de 63 ans. Il n’est pas reconnu par les notables des 7, ni par les notables des 9 de la cour royale bangou, sur le testament laissé par le feu chef Tayo Marcel décédé le 16 novembre 2018.

Mais le clan Nana Sinkam tient à l’imposer aux Bangou, avec le soutien du sous-préfet qui a interdit cette cérémonie de sortie du Laakam. Une manifestation publique qui marque la fin de 54 jours d’initiation du nouveau chef à la connaissance de son peuple. Le camp que conduit Nana Sinkam, pense, que Sa Majesté Tayo Marcel étant mort, la régence sous le couvert duquel il a régné pendant 4 décennies est terminée, le trône doit revenir à l’un des fils de l’ancien chef supérieur Kemayou Sinkam Paul parti en exil vers 1977, et non plus à un fils de Tayo Marcel.

Les instructions du ministre de l’administration territoriale

D’après tous les recoupements effectués par la Rédaction de Réalités Plus, le 21 janvier 2019, le ministre de l’administration territoriale Paul Atanga Nji, fraichement nommé, a convoqué une réunion dans son Cabinet à Yaoundé. Etaient présents : le préfet des Hauts-Plateaux, le sous-préfet de Bangou, le Directeur de l’organisation du territoire et le député Théodore Datouo vice-président à l’Assemblée nationale et élite Bangou, invité par le MINAT comme témoin. Au cours de la rencontre, et selon nos sources, Paul Atanga Nji a présenté à ses invités le dossier de la chefferie de deuxième degré Bangou. Dossier complet selon le ministre.

Il a respecté les coutumes et le testament du défunt chef Tayo II Marcel, qui laissait pour successeur, l’un de ses 54 enfants, le nommé Tchihou Tayo Arnaud. Instruction du ministre de l’administration territoriale à ses collaborateurs des Hauts-Plateaux : « Le 28 janvier 2019, allez organiser la cérémonie de désignation du nouveau chef dans la paix et la sérénité, et rendez-moi compte ». Le 28 janvier 2019, le préfet des Hauts-Plateaux se rend à Bangou et organise la cérémonie, avec l’appui du sous-préfet. A noter que la chefferie supérieure Bangou est de deuxième degré. C’est le préfet qui est la assure la tutelle, et non le sous-préfet, selon la loi.

Le sous-préfet de Bangou a-t-il défié le MINAT ?

Entre janvier et avril, beaucoup de tractations vont se dérouler, pour finalement empêcher la sortie officielle du nouveau monarque le 13 avril 2019. Le sous-préfet Manu Diguir lance une opération qui fait beaucoup de bruits dans la chefferie : Il interdit aux sociétés secrètes de la chefferie supérieure Bangou de tenir la moindre réunion sur son territoire (ce qui est impossible au pays bamiléké et dans les traditions) ; le sous-préfet de Bangou s’est rendu à la chefferie et a décidé de sceller le palais invitant les 7 épouses du feu chef supérieur et les 63 autres personnes qui y vivent de vider les lieux. Selon une source, ce jour-là, la 7èmè épouse du feu chef qui a un bébé en main s’est mise nue devant le sous-préfet pour crier au scandale, lui demandant où est-ce qu’ils vont vivre.

Mais Manu Diguir reste ferme sur sa position. Le sous-préfet va plus loin et interdit la tenue de toute réunion visant à préparer une quelconque réunion d’installation du nouveau chef, qu’il ne reconnait pas comme étant le vrai chef supérieur bangou. La tension monte à Bangou. Le premier adjoint préfectoral des Hauts-Plateaux, préfet par intérim intervient pour calmer son collaborateur. Le sous-préfet le repousse, lui rappelant que lui le préfet par intérim est trop petit pour l’amener à changer d’avis, d’après notre source. Le 11 avril 2019, le nouveau chef désigné par les grands notables se présente aux sociétés secrètes de la chefferie entre 4 heures et 6 heures. Dernière étape, pour lui, avant de se présenter au peuple Bangou deux jours plus tard. Le sous-préfet Manu Diguir est choqué d’apprendre la tenue de cette rencontre traditionnelle historique et unique dans une chefferie. Il s’oppose à la sortie du Laakam du nouveau chef le 13 avril 2019. Joint au téléphone, le sous-préfet de Bangou, déclare qu’il est à 37 degré. Manu Diguir dit qu’il a fait son travail et rien que son travail et ne cède à aucune pression d’où qu’elle vienne, sauf décision contraire de sa hiérarchie.

Comprendre le clash honorable Datouo contre le sous-préfet de Bangou
Théodore Datouo est natif de Bangou. Opérateur économique, il est député vice-président à l’Assemblée nationale et président de la section RDPC des Hauts-Plateaux-sud à Bangou. Joint au téléphone, il explique les échanges chauds qu’il a eus avec son sous-préfet, par le fait que le sous-préfet Manu Diguir veut noyer le peuple Bangou, avant de quitter son unité administrative. En sa qualité de député et contrôleur de la mise en œuvre des actions du gouvernement sur le terrain, il tenait à rappeler à son sous-préfet, les instructions que son ministre lui a données lors de la réunion tenue au MINAT le 21 janvier 2019. Il tenait à lui présenter le danger que court Bangou si le chef laissé par le feu Tayo Marcel ne venait pas à être intronisé, une fois désigné par les grands notables.

Le nœud de la discorde

Nana Sinkam Samuel est un patriarche très respecté à Bangou et même à l’Ouest. Il est une bibliothèque auprès de laquelle la jeune génération devrait se ressourcer, pour avoir déjà franchi 80 ans. Une partie du peuple Bangou est surprise qu’il soit devant un clan qui tient à défier la tradition Bangou, en voulant imposer Maurice Ngambo Kemayou à la tête du Groupement de deuxième degré Bangou. Cette faction soutient que Tayo Marcel a régné pendant 39 ans et a laissé son successeur Tchihou Tayo Arnaud qui doit monter au trône. Il vient d’achever sa phase d’initiation appelée Laakam et doit prendre le commandement.
Nana Sinkam Samuel et son clan disent non, il est temps que le trône revienne à un fils du feu chef Kemayou Sinkam Paul parti en exil, avant que Tayo Marcel ne reste jouer le rôle de régent pendant 39 ans. Le sous-préfet de Bangou est donc aligné sur la position du groupe qu’anime Nana Sinkam Samuel, qui se réclame de la lignée de la chefferie, et ne veut rien entendre d’autre.

A Bangou, une grande majorité du peuple attend la signature de l’acte qui valide la désignation de Sa Majesté Tchihou Tayo Arnaud, pour organiser une cérémonie de sortie du Laakam. En face, Nana Sinkam Samuel et les siens se battent pour renverser la vapeur. Ils jurent de mener la contestation même devant Dieu. Pour eux, Tayo Marcel a passé 39 ans au trône, c’est vrai, mais il était simplement un régent, le moment est venu d’installer le « vrai chef», Ngambou Kemayou Maurice. Sans chef, un village ne vaut rien. Les Bangou ont soif de leur chef supérieur pour promouvoir l’émergence de leur Groupement. Le ministre de l’administration territoriale a un os dur sur sa table. Le peuple Bangou retient son souffle.

Stay Connected

16,544FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
408FollowersFollow

Latest News

Google élimine des applis d’espionnage du Play Store

Téléchargeables facilement, des applications Android permettaient de traquer l'activité d'une victime via son smartphone. (CCM) — Vous pensiez que pour suivre l'activité en ligne...

7 choses à ne pas faire, si vous êtes à la recherche de votre...

Les gens se plaignent toujours d’être seul et ils sont régulièrement à la recherche de l’âme soeur. Nul ne peut donner la formule parfaite,...
Kondengui

Emeute à Kondengui: Inoni Ephraim et Olanguena Awono grièvement blessés

L'ex premier ministre Inoni Ephraim et l’ancien ministre de la santé, Urbain Olanguena Awono victimes de l’émeute de Kondengui. Selon nos confrères du QuatrièmePouvoir,...