Sunday, July 21, 2019

Soudan: l’ex-président Omar el-Béchir transféré dans une prison de Khartoum

Une semaine jour pour jour après sa destitution, l’ex-président Omar Hassan el-Béchir a été transféré mardi 16 avril au soir à la prison de Kober, dans le nord de Khartoum.

Il n’y a pour le moment aucune annonce officielle mais, selon des témoins cités par l’AFP, de nombreux soldats sont déployés autour de la prison de Kober ce mercredi 17 avril.

Le symbole est d’autant plus fort que cette prison a une réputation sinistre : c’est la grande prison du régime où sont incarcérés les prisonniers politiques. Les détenus appellent leurs cellules des « cages », dorment à même le sol et vivent sous l’emprise de gardiens peu regardants sur les droits de l’homme.

On imagine qu’Omar el-Béchir bénéficie de conditions de détention aménagées mais reste que ce transfert, s’il est confirmé, répond à ce que réclament les manifestants depuis plus de quatre mois.

Les opposants veulent que l’ex-président soudanais, resté trente ans au pouvoir, soit jugé et pas maintenu à l’abri dans une résidence surveillée, comme c’était le cas la semaine précédente, ni en exil au Qatar ou aux Émirats arabes unis, comme le craignaient des rumeurs reprises par la presse soudanaise dans la semaine.

Cette incarcération est significative aussi parce qu’elle ouvre la voie à un transfert vers la Cour pénale internationale. L’ancien chef d’État est en effet sous le coup de deux mandats d’arrêt pour « crimes contre l’humanité » et « crimes de génocide » commis au Darfour, après la répression d’un soulèvement en 2003, qui aurait fait 300 000 morts.

Le Conseil militaire a toujours l’ensemble des pouvoirs

Le Conseil militaire, nouvellement au pouvoir, avait dans un premier temps exclu de le livrer à la justice internationale. Mais le ton change depuis le 15 avril. Un général a notamment affirmé que la décision serait prise par le futur gouvernement et non par le Conseil militaire. Mardi, le chef du Conseil militaire a également limogé  le procureur général, Omer Ahmed Mohamed, une autre demande des manifestants.

« Le signe, pour un leader de la contestation, que le pouvoir militaire commence à accéder aux demandes de la population sur des questions compliquées », même si tout cela reste encore très hypothétique, puisque le Conseil militaire concentre toujours tous les pouvoirs dans le pays.

Des milliers de personnes sont donc toujours rassemblées devant le quartier général de l’armée et continuent de demander le transfert immédiat du pouvoir à un gouvernement civil et la dissolution de ce Conseil militaire.

SourceRFI

Stay Connected

16,545FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
408FollowersFollow

Latest News

Mamadou Barry

Un enseignant-chercheur guinéen, pris pour un sénégalais, assassiné par des algériens

La victoire de l’Algérie en finale de la Coupe d’Afrique des Nations 2019 a été à l’origine de la mort d’un ressortissant guinéen, en...
socio-political-crisis-the-forum-of-african-heads-of-state-and-government-to-hold-a-conference-on-cameroon

Socio-Political Crisis: The Forum of African Heads of State and Government to hold a...

The latter should be held in Addis Ababa, Ethiopia, or in any other country with the agreement of the Forum. The international community is not breaking down. Despite the many convictions waved by the Cameroonian government to try to limit its involvement in the process of resolving the various security and socio-political crises that Cameroon…
the-rise-fall-and-fall-again-of-president-paul-biya

The Rise, Fall, and Fall Again of President Paul Biya

The giant of Sub Saharan Africa, currently considered Africa’s most resilient economy, has, in the Far North of the country, been under sustained attack by a radical movement in Nigeria known as Boko Haram. It now faces a more intractable problem from Southern Cameroonians and armed incursions in the East region from rebels fighting the…