Monday, July 22, 2019

Violences contre les forces de défense : Human Rights Watch accuse les séparatistes

Pour la première fois, l’ONG met à l’index les groupes sécessionnistes de mener une campagne de terreur contre les populations, les civiles et les militaires dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest.

Sans apporter la moindre preuve documentée contre les forces de défense qu’elle accusait encore il y a peu de semer la peur et la désolation dans les régions anglophones, Human Rights Watch vient de s’illustrer par ce qu’on pourrait qualifier de repentir tardif. L’indignation sélective qui semblait s’être emparée de cette ONG de défense des droits de l’Homme, vient de tomber. Ses experts pointent un doigt accusateur sur les milices terroristes qui sèment la terreur dans ces deux régions où ont lieu toutes sortes d’atrocités non seulement contre des civiles, mais également contre des forces de défense et de sécurité.

En fait, le 24 juin 2019, elle a commis un rapport en ligne où elle s’insurge contre la violence des terroristes sécessionnistes qui sévissent dans la région du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. D’après l’ONG qui révèle un secret de polichinelle, les bandes armées séparatistes massacrent à longueur de journée des pauvres innocents et vont même jusqu’à estropier des élèves et des travailleurs. Leur barbarie et leur sauvagerie étant sans bornes, ces milices séparatistes, indique l’ONG, décapitent également des enseignants et des soldats qui ont le malheur de croiser leur chemin.

Human Rights Watch, subitement touchée par ces atrocités commises par les groupes terroristes, en appelle à une intervention de l’ONU pour que cessent ces tueries de masse orchestrées par ces barbares. « 11 est désormais plus que nécessaire de trouver des solutions pour résoudre cette crise qui prend de plus en plus d’ampleur et qui ne fait pas vraiment lever l’opinion publique », indique HRW.

Car, affirme l’ONG, ces criminels, conscients de leurs actes, ont sans doute pour mission d’user de tous les moyens et subterfuges pour essayer de discréditer les forces de défense et de sécurité. Selon certaines sources, les terroristes agiraient sous les ordres de nombres de financiers abrités en Occident et aux Etats-Unis notamment Lucas Cho Ayaba et un certain Eric Tataw, fidèle ami de Jacques Tchouanang. Les deux derniers prédicateurs résident actuellement aux Etats-Unis.

En dépit de ce revirement tardif de l’ONG qui a pris pour habitude d’organiser le bashing contre le Cameroun, reste que son silence face aux centaines d’atrocités, de crimes et de victimes causés par ces criminels est sujet à questions. Les assassinats de prêtres et de religieux, la décapitation d’enseignants et autres travailleurs n’ont pas semblé intéressé HRW, plus enclin jusqu’alors à justifier les actes terroristes commis ces bandes armées.

Stay Connected

16,544FansLike
22FollowersFollow
0FollowersFollow
408FollowersFollow

Latest News

Cameroun: Crises au Cameroun – Les monarques sortent du bois

Par Alain Ndanga Sous le très haut patronage du Président de la République du Cameroun, les chefs traditionnels des 10 régions du pays ont lancé...

Paul Biya n’a pas été chassé de Suisse – Pietro Lazzeri

Le diplomate suisse souligne que son pays ne peut éconduire un Chef de l’État. Pietro Lazzeri, l’ambassadeur de Suisse au Cameroun, a affirmé que le...